Les difficultés

# 1 - La QVT, une démarche QVT complexe

Corps
Difficulté

Les acteurs et décideurs de la Fonction publique ont parfois des réticences à entreprendre une démarche QVT en raison de leurs représentations sur la complexité, non seulement du sujet, mais également du processus à mettre en marche. Des réticences qui renvoient, en fait, à la difficulté d’appréhender la notion même de « qualité de vie au travail » :

  • La QVT serait un concept flou et potentiellement très large, beaucoup de sujets pouvant être mis sous cette appellation ; avec pour conséquence de nombreuses approches possibles et des offres très hétérogènes ;
  • La QVT serait un processus complexe avec plusieurs étapes longues et impliquant beaucoup d’acteurs dans toute la structure.

Or, si la démarche QVT implique effectivement l’effort d’une approche différente des questions de conditions de travail, elle peut être engagée à petite échelle, dans un cadre bien défini avant une diffusion plus large dans la structure publique. Elle peut, par ailleurs, se mettre en œuvre en s’appuyant sur une méthodologie permettant un cadrage effectif de la démarche.

idee

Les pistes de solution

Définir un cadre de la QVT incluant l’organisation du travail

Il est vrai qu’il existe sur le marché du conseil en RH de nombreuses offres « QVT ». Et beaucoup sont axées sur des actions visant, soit le comportement des personnes ou des groupes (aide par la méditation, relaxation, actions sur la convivialité ou sur la dynamique de groupe, etc), soit la périphérie du travail (aménagement d’espaces verts sur le lieu de travail, nutrition équilibrée, actions favorisant le sport, etc).

Sans être dépourvues d’intérêt, ces actions ne touchent pourtant pas le travail en lui-même, son organisation et les relations professionnelles. Soit les éléments qui, en définitive, déterminent fortement le vécu au travail et la qualité des relations sociales. L’approche de la QVT promue par l’Anact et présentée sur ce site comme dans le guide DGAFP-ANACT, propose au contraire de centrer les actions QVT sur les conditions de réalisation concrètes de l’activité professionnelle. Elle vise à favoriser la participation des agents à la définition de leur contexte de travail, en liant qualité du travail et qualité du service public.

Définir le périmètre de la démarche QVT

Travailler à l’amélioration des conditions de travail, soutenir des démarches participatives et l’engagement des agents pour la qualité du service public peut effectivement conduire à appréhender de nombreux sujets : conditions matérielles de travail, processus et organisation du travail, temps de travail et télétravail, management, formation, parcours professionnel, relations entre services, équilibre vie professionnelle/vie personnelle, etc…

Pour autant, rien n’oblige à traiter tous ces sujets en même temps. Des priorités sont à définir. Par ailleurs, les démarches RPS engagées dans les structures publiques ont déjà permis de travailler ces sujets en complémentarité des uns des autres, il y a donc une expérience acquise en la matière.

Choisir le bon niveau d’entrée

Plusieurs entrées sont possibles pour une démarche QVT. Rien n’oblige à lancer le processus au niveau de l’ensemble de la structure, avec un diagnostic englobant l’ensemble du personnel et des services. Il est ainsi possible de démarrer à petite échelle, sur un service ou sur un projet particulier. Par exemple, la réorganisation d’un service, un projet de mise en place du télétravail, le réaménagement de l’accueil du public, un projet de service numérique, ou encore le règlement de difficultés de fonctionnement dans un service.

C’est alors la structuration de la démarche pour conduire ces projets qui déterminera la dimension QVT : démarche participative impliquant les agents à partir d’un diagnostic global (qualité des conditions de travail, qualité du service public rendu et efficacité de l’organisation), expérimentation de solutions avec évaluation partagée, implication de tous les acteurs (agents, encadrement, RH, prévention mais aussi responsables de la qualité et de la conception des organisations et systèmes d’information).

Argumentaire

L’argumentaire

==>  Une démarche QVT, ce n’est pas tout entreprendre en même temps sur tous les sujets, c’est une façon nouvelle de prendre les problèmes.

==>  On peut se lancer dans la QVT à petite échelle, et commencer par expérimenter sur cette nouvelle approche.

==>  L’Anact et la DGAFP proposent une méthodologie capitalisant sur l’accompagnement de nombreuses structures publiques.